GRÈVE MASSIVE DANS LES ÉCOLES LE 12 NOVEMBRE.

Réponses de la Ville : des avancées, mais le compte n’y est pas

UNSA ANIMATION  CGT ANIMATEURS

GRÈVE MASSIVE DANS LES ÉCOLES LE 12 NOVEMBRE

Réponses de la Ville : des avancées, mais le compte n’y est pas

 

 

Les animateurs, quel que soit leur statut, les REV, les DPA et les RPA, les RAE Adjoints des Circonscriptions ont massivement participé à la grève du 12 novembre, à l’appel de l’UNSA ANIMATION et de la CGT ANIMATEURS. Le niveau de mobilisation a été très fort partout, oscillant entre 75% et 97% d’écoles en grève selon les Circonscriptions. Un Rassemblement devant l’Hôtel de Ville a réuni plusieurs centaines d’animateurs. Une Assemblée générale s’est tenue dans l’après-midi pour un premier bilan.

Les négociations entre nos deux syndicats et la Ville, qui vont se prolonger dans les semaines qui viennent sur plusieurs points, ont permis de dégager un certain nombre d’acquis nouveaux qui, s’ils ne répondent qu’en partie à nos demandes, constituent néanmoins des avancées :

  • Obtention d’une prime supplémentaire au titre de l’IAT2 (qui vient s’ajouter aux primes déjà perçues) de 950€ bruts par an pour les animateurs titulaires et contractuels, ce qui correspond à 65€ nets par mois. Cette prime sera versée mensuellement, avec les autres IAT. Tous les animateurs titulaires la percevront, y compris les REV et les animateurs des Centres de Ressources Centraux. Les contractuels à 50% et à 70% la percevront également, au prorata de leur temps de travail (32,50€ nets par mois pour les 50%, et 45,50€ pour les 70%). Cette nouvelle prime devrait apparaître sur les fiches de paie fin janvier, avec effet rétroactif au 1er septembre. Si nous obtenons satisfaction pour partie, le compte n’y est pas : nous continuons à réclamer une IAT2 à la hauteur du nouvel investissement des animateurs.
  • Les animateurs vacataires seront payés 2 heures sur le temps de l’ARE, pour compenser le temps effectivement travaillé durant l’encadrement des sorties et avant le début des ateliers. Nous avons demandé que cette mesure soit prise à titre rétroactif, au 1er septembre.
  • Dans les écoles maternelles, un agent sera dédié aux tâches de ménage, à l’hygiène des enfants, au lever et au coucher des enfants, sur le temps l’ARE, le soir et le mercredi. Nous attendons des précisions sur cet agent et sur les délais de mise en place. Nous avons également demandé que les petites et grandes vacances (ainsi que l'interclasse) soient également concernés par cette mesure : cela fera l’objet de discussions ultérieures, incluant les organisations syndicales des ASEM-ATE.
  • 300 postes de titulaires seront créés en 2014 : 150 pour le concours d’adjoint d’animation à l’échelle 4, et 150 titularisations « sans concours » à l’échelle 3 des animateurs contractuels, selon des modalités qui restent à définir.
  • RPA déchargés sur le temps de l’ARE dans toutes les écoles polyvalentes et dans les écoles accueillant plus de 200 enfants à l’ARE (qu’elles fassent partie d’un groupe scolaire ou que se soient des unités isolées). Nous demandons toujours l’ouverture de postes de DPA sur les écoles polyvalentes, pour le moins dans les grosses structures et dans les zones «sensibles».
  • Prime de 500€ pour les RAE et RAE Adjoints pour la mise en place de l’ARE.

Confirmation d’autres mesures budgétaires : au titre du travail supplémentaire effectué à la rentrée, les REV recevront comme prévu à la fin du mois de novembre une indemnité supplémentaire de 400€ et une autre de 154€ fin janvier. Les DPA recevront fin novembre une prime de 300€ et une autre prime de 154€ fin janvier. Tous les RPA percevront une NBI de 10 points (46,30€ par mois).

Sur plusieurs points (hygiène des enfants, titularisation des contractuels, BCD/EPL…), les négociations et les discussions devraient se poursuivre avec l’administration. Nous mettrons de nouveau sur la table la question du statut des DPA, le problème des « zones sensibles », la question des temps de préparation, les problèmes techniques de fonctionnement de l’ARE, qui empoisonnent la vie des animateurs et dégradent leurs conditions de travail…

Nous devons à présent faire le bilan d’un mouvement inédit et massif qui devrait contraindre la Ville à engager un dialogue social plus constructif. Nous devons finaliser les négociations pour capitaliser ce qui a été obtenu par la lutte. La CGT ANIMATEURS et l’UNSA ANIMATION vont engager avec leurs adhérents et l’ensemble des animateurs un débat nécessaire sur les suites à donner à cette mobilisation.

Le 14 novembre 2013.

 

Mis en ligne le 20 novembre 2013  |  Dernière mise a jour 12 juin 2014