« PREAVIS DE GREVE OU VERITABLE DIALOGUE SOCIAL »

PREAVIS DE GREVE OU VERITABLE DIALOGUE SOCIAL.

 

 

 

 

 

 

La CGT  Animateurs a été à l’initiative du mouvement social du 12 novembre 2013. Nous avons réussi à créer l’unité syndicale qui nous a permis de rassembler l’ensemble des personnels de l’animation.

Fort de la mobilisation massive, nous avons pu engranger des avancées en termes de salaire et d’emploi toujours dans le cadre d’une consolidation de la filière d’animation :

• 300 postes budgétaires de titulaires en Echelles 3 et 4. La ville de Paris s’est engagée sur des formations diplômantes, véritable pierre angulaire du métier. Nous n’avons pas cessé au cours des années précédentes de les réclamer.

• Une augmentation de l’IAT 2  pour tous les titulaires et les contractuels de 65 euros net par mois.

• Les RPA se verront octroyer une NBI (Nouvelle Bonification Indiciaire) de 10 points, environ 46 euros net.

• D’autres mesures budgétaires sont accordées aux DPA (Directeur Point d’Accueil) et aux REV (Responsables Educatif Ville) sous formes d’indemnités supplémentaires.

• Une demi-heure supplémentaire rémunérée par atelier de l’ARE pour les vacataires.

Concernant le problème de l’hygiène corporelle des enfants, notre syndicat a traité celui-ci avec un avocat. Il en est résulté que l’obligation faite aux animateurs de se charger de cette tâche est illicite (Voir lettre adressée à     M. Bertrand DELANOE, envoyée sur tous les e-mails professionnels  des REV et RPA).

La Dasco a depuis pris en compte la nécessité d’identifier un personnel chargé des soins corporels. La Mairie de Paris s’en préoccupe, nous attendons avec impatience son recrutement.

Malgré ces acquis, la CGT Animateurs juge largement insuffisantes ces avancées. La ville ne répond qu’en partie à nos revendications. Elles seules, peuvent améliorer de manière significative nos conditions de travail.

Nous restons très circonspects sur l’efficacité du dialogue social affiché par la ville de Paris. Nous n’avons pas vocation, à la CGT, à cogérer les carences de l’administration à travers une réforme qui s’est réalisée dans la précipitation.

La grève du mardi 12 novembre a démontré que le combat syndical est déterminant pour l’obtention de conquêtes sociales.

Néanmoins, le mécontentement persiste sur le terrain de manière préoccupante. C’est pourquoi, la CGT consulte actuellement ses adhérents pour réfléchir des suites à donner, dans un futur proche, au mouvement social. En effet, les vacataires ont obtenu trop peu. A la CGT, nous exigeons pour eux des contrats englobant la totalité des services en prévision de titularisations futures. C’est essentiel pour stabiliser les équipes d’animation et favoriser le travail pédagogique des REV. Nombreux sont ceux qui s’inquiètent du départ de certains animateurs vers des collectivités qui proposeront des conditions d’embauche plus attrayantes.

La ville de Paris a les moyens de prendre en considération toutes nos revendications au regard des disparités qui existent dans les autres directions de la ville.

En outre, en maintenant une prime dérisoire de 33 euros accordée aux responsables d’Espace Lecture, notre employeur montre le peu d’intérêt porté à la lecture et à son implication dans la lutte contre l’illettrisme.

Attention danger ! Le volet des 60 heures est encore sujet à « questionnement ». Les 60 heures sont des heures de réunions organisées par les circonscriptions et les REV. Contrairement à l’engagement de l’administration de ne pas toucher à la délibération, la Dasco voudrait nous entrainer dans une autre configuration des 60 heures, par exemple, intégrer des temps de préparation pour les ateliers. La CGT Animateurs n’acceptera pas, d’une part, qu’on touche à cette délibération et, d’autre part, qu’on continue à utiliser ce volet comme un fourre-tout. Des temps de préparation pour tous sont nécessaires et doivent être rémunérés  en conséquence.

Notre proposition d’une IAT 2 de 100 euros dès le grade en Echelle 3 s’avère une reconnaissance salariale légitime.
 

Si le Maire de Paris, dans sa dernière lettre, laisse entendre une possibilité d’avancées supplémentaires, la CGT Animateurs a toujours cru davantage à la mobilisation des personnels plutôt qu’à un « faux » dialogue social (politique du fait accompli).

 

« PREPARONS-NOUS A UNE ACTION REVENDICATIVE
DANS UN FUTUR PROCHE »

L’ANIMATION  EST NOTRE METIER

 

 

Mis en ligne le 10 décembre 2013  |  Dernière mise a jour 12 juin 2014