Inquiétudes… Sur l’Exercice futur de notre métier !

logo cgt animateurs

La CGT Animateurs a sollicité une entrevue auprès de Mme Alexandra CORDEBART, Adjointe au Maire de Paris chargée des affaires scolaires, de la réussite éducative et des rythmes éducatifs, pour l’interpeller sur l’éventuelle application du décret 2014-1320 du 3 novembre 2014 qui modifierait les règles applicables aux accueils de loisirs. Ce décret envisage une baisse du taux d’encadrement (les normes d’encadrement seraient : 1 animateur pour 14 enfants en maternelle, 1 pour 18 en élémentaire) avec  les nombreuses conséquences que cela engendrerait :

 

  •  Sur l’emploi  (le continuel morcellement du temps de travail, la diminution du nombre de vacataires…).
  • Sur les conditions de travail (pénibilité, santé des personnels, qualité des ateliers sans toujours de temps de préparation, absence de règlementation claire sur certains moments du périscolaire).
  • Sur la poursuite de la dégradation de notre mission de service public dans sa qualité.
  • Sur la volonté d’accroître la polyvalence des « tâches » qui entraine le déni de toute réglementation (dérive administrative, hygiène corporelle des enfants, missions incongrues dévolues aux animateurs…).
  • Sur la sécurité des enfants.
  • Sur les modes de fonctionnement et l’organisation du temps de travail (pressions et stress déjà existants)…

La CGT Animateurs veut obtenir une réponse claire de l’administration parisienne concernant l’application du décret.

La CGT Animateurs reste sur ses gardes et engagera une riposte sur des conditions d’unité syndicale s’il advenait que ce décret soit mis en application.

Nous profiterons de cette réunion pour rappeler notre refus catégorique de participer à toutes tâches découlant de l’hygiène corporelle des enfants.

Pour la réalisation et la défense de notre métier, la mobilisation et la détermination de tous les personnels sur la base de notre plateforme revendicative sont les meilleurs remèdes pour peser dans les négociations.

Dans un avenir proche, nous devrons nous préparer à des luttes dont l’ampleur nécessitera une forte implication dans l’action. En cas de passage en force de la Ville, la CGT Animateurs prendra ses responsabilités avec les autres organisations syndicales et les personnels. Le Maire de paris s’était engagé à ne pas remettre en cause les normes d’encadrement du mercredi dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires. Réforme que nous n’avons pas demandée !

Imposons un vrai métier d’animation. Nous ne voulons pas de cette médiocrité dans laquelle nous enferme la Ville de Paris.

La CGT Animateurs continue la bataille pour la construction     

  effective du métier de l’animation.

A partir du 1er janvier 2015, les permanences seront uniquement assurées les premiers jeudis de chaque mois sur rendez-vous.

           L’ANIMATION EST NOTRE METIER

         

 

Mis en ligne le 30 décembre 2014  |  Dernière mise a jour 30 décembre 2014