Le jeudi 31 mars 2016 soyez tous en grève...

logo cgt animateur greve

UNE VERITABLE DECLARATION

DE GUERRE CONTRE LES TRAVAILLEURS

QUI NE DIT PAS SON NOM

LA LOI EL KHOMRI

 

Le gouvernement s’évertue une fois de plus à asseoir la flexibilité et la mobilité en l’institutionnalisant dans un projet de loi du travail visant à remplacer le Code du Travail actuel. L’avant-projet de loi El Khomri est présenté comme le modèle sur lequel un nouveau Code du travail doit être écrit.

Ce projet est présenté comme une simplification d’un code qui serait devenu trop complexe et une lutte contre le chômage. Ce nouveau projet de Code du travail, vous dit-on, est plus simple, plus court, plus protecteur et mieux adapté à notre temps. Ce n’est que du pipeau !

L’Etat continue à nous prendre pour de fieffés imbéciles. Ce travail de réécriture du Code du Travail est en ligne direct avec ce qu’on a appelé le projet Macron, lui-même, ancien banquier d’affaires chez Rothschild & Cie. Ce projet doit être vu comme une réforme de la législation relative au travail obéissant aux « lois du marché ». Les salariés sont perçus, au travers de ce projet, comme des variables d’ajustement et jetés comme de vulgaires kleenex après emploi.

Au regard du Code du Travail actuel, les modifications proposées n’ont qu’un seul but non avoué mais évident, c’est de découdre et de dissoudre les droits acquis de haute lutte par les travailleurs.

Ce nouveau et futur Code du Travail, voulu par ce gouvernement de gauche, tous inféodés à la haute finance et aux ordres de Bruxelles, « libéralisme » oblige, ne sera, si l’on ne s’y oppose pas, qu’une loi qui induira un bouleversement fondamental dans l’organisation du travail :

  • Affaiblissement durable des salariés dans la constitution des rapports de force vis à vis des employeurs et le pouvoir des négociations des salariés
  • Flexibilisation du temps de travail
  • Accroissement de la précarité de l’emploi. 
  • Facilités de licenciement
  • Primauté du contrat sur la loi
  • Déclin progressif du pouvoir des négociations des salariés et de leurs représentants
  • Moins de latitude pour s’opposer aux décisions de l’employeur
  • Privation de toute mesure de reclassement
  • Remise en cause des modalités des différents types de congé
  • Accroissement du temps de travail selon les besoins de l’employeur
  • Réduction des indemnités de licenciement

Ce projet de loi El Khomri est un ensemble de mesures qui autoriseront des violations effectives des droits des salariés-ées, tout cela au bénéfice exclusif des employeurs. C’est de l’ordre de l’exploitation illimitée.  Ce projet renforce la toute-puissance des employeurs en consolidant son attitude à ne plus faire de concessions.

Vous pouvez imaginer la violence des futures formes de luttes auxquelles devront recourir les salariés-es contre l’intransigeance du patronat pour faire valoir leurs droits. C’est une véritable déclaration de guerre avec la bénédiction de l’Etat qui ne joue plus son rôle de protection des citoyens contre la rapacité de certains.

Ne croyez pas que les fonctionnaires sont à l’abri des mesures iniques que dévoile ce projet. Nombreuses peuvent être appliqués à la Fonction Publique et les institutions ne s’en priveront pas. Avec ce projet de loi, c’est la remise en cause totale des statuts de la Fonction Publique en l’alignant sur le privé. Ce fut le cas pour la réforme des retraites. De plus, à la Ville, il y a eu l’expérience éhontée de la fragmentation à l’extrême du temps de travail.

 

Une seule position contre ce projet
c’est son retrait pur et simple
Le jeudi 31 mars 2016 soyez tous en grève
avec les organisations syndicales
et les mouvements étudiants
Soyez présents à la manifestation

 

L’ANIMATION EST NOTRE METIER

 

Mis en ligne le 23 mars 2016  |  Dernière mise a jour 23 mars 2016